Jean-Luc BLEUNVEN

Député divers gauche de la 3e circonscription du Finistère / Kannad Goueled Leon

Alors que l’on se dirige vers un réchauffement global de la planète de plus de 2°C à l’horizon 2050, que les sommets du climat se succèdent sans que l’on parvienne à se mettre d’accord sur une solution globale, à l’heure des gaz de schiste et d’une augmentation durable du prix du pétrole, il y a plus que jamais urgence à mettre en place la transition énergétique à l’échelle nationale et locale.

A notre niveau, le développement de l’éolien est une partie de la réponse à cet immense défi, de même que le solaire, la biomasse, et, bien sûr, la réduction de notre consommation. Nos communes du nord Finistère sont particulièrement bien placées de ce point de vue.

Même si des ajustements sont à opérer, la loi littoral est une bonne loi. Elle a permis de préserver nos côtes d’une urbanisation incontrôlée. De même, les modifications du code de l’urbanisme apportées par la loi Grenelle II vont dans le bon sens en prévenant l’étalement urbain et le mitage des terres. Mais en considérant que les éoliennes doivent être construites en continuité de l’urbanisation (loi littoral) et à 500 mètres de toute habitation (code de l’environnement), le droit actuel aboutit à ce qu’aucune éolienne ne soit constructible dans les zones littorales, qui sont justement les plus ventées.

J’ai donc saisi l’opportunité du débat sur l’article 7 de la charte de l’environnement, mercredi dernier, pour attirer l’attention de Delphine Batho, ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie sur cette question. Elle s’est engagée à étudier le problème dans le cadre de la future loi de programmation pour la transition énergétique.

Le classement de Plouvien en zone littorale ne correspond pas à la réalité. L’incohérence existante dans ce dossier sera donc traitée pour permettre de continuer l’exploitation de ces éoliennes qui ont pris leur place dans le paysage. Elles sont les symboles de la nécessaire évolution énergétique dans laquelle nous sommes engagés.

Oui, l’éolien est une partie de la réponse à la crise et à la nécessaire transition énergétique. Nous ne devons pas laisser des incohérences du droit la freiner.

 

Categories: Français

Leave a Reply


Image CAPTCHA
*