Jean-Luc BLEUNVEN

Député divers gauche de la 3e circonscription du Finistère / Kannad Goueled Leon

En tant que membre de la commission des affaires étrangères et des affaires européennes, je vous communique quelques éléments récents relatifs aux évolutions de notre Union.

Le conseil européen, réuni les 13 et 14 décembre derniers, a convenu d’une feuille de route pour l’achèvement de l’Union Economique et monétaire, sur la base d’une intégration plus approfondie et d’une solidarité renforcée. Concrètement, ce qu’il faut retenir de ce Conseil, c’est que le processus débutera par la mise en œuvre de la nouvelle gouvernance économique renforcée et l’adoption de mécanismes de surveillance nécessaires au redressement des banques et à la résolution de leurs défaillances. Les politiques économiques des états membres doivent tendre vers une croissance économique forte et durable, tout en appliquant une discipline budgétaire. L’emploi des jeunes a ainsi été identifié comme un enjeu fondamental de la relance économique de l’UE. Lors des débats préalables à ce Conseil, qui se sont tenus à l’Assemblée, la majorité Parlementaire a réaffirmé ses objectifs en matière Européenne ; l’Union doit s’inscrire dans une exigence de solidarité, et non pas dans une vision à court terme se bornant à prescrire des réformes structurelles aux effets dévastateurs pour nos économies. C’est pourquoi, le prochain conseil européen qui se déroulera en juin 2013 doit être l’occasion pour notre pays et nos partenaires de réorienter la politique Européenne vers des mesures incitatives permettant la mise en œuvre de réformes plus « positives » comme l’harmonisation des droits sociaux par le haut, ou encore le lancement de la transition écologique de l’économie. C’est dans cette direction que la politique de contractualisation voulue par le Président Van Rompuy doit aller. La piste des eurobonds, qui doit permettre de mettre fin aux différences de taux d’intérêt entre les états doit également être réaffirmée. Enfin, l’UE ne pourra véritablement intervenir et peser que lorsqu’elle sera dotée d’un budget digne de ce nom, la taxe sur les transactions financières et la contribution climat énergie sont les leviers qui peuvent le lui permettre. Jacques Delors que nous avons auditionné en commission a lancé en conclusion de son intervention un appel éloquent au courage politique en nous exhortant à aller vers plus d’intégration européenne, je ne peux que le rejoindre en vous transmettant ce message. C’est à nous, Parlementaires d’ouvrir le débat ouvertement, tout en prenant le soin d’en faire une présentation résolument pédagogique, et donc accessible à tous

Categories: Français

Leave a Reply


Image CAPTCHA
*