Jean-Luc BLEUNVEN

Député divers gauche de la 3e circonscription du Finistère / Kannad Goueled Leon

photo 1Ce vendredi 10 janvier, j’ai inauguré la gare routière de Plabennec en présence de Chantal Simon-Guillou, vice-présidente du Conseil général, et de Christian Calvez, président de la Communauté de communes du Pays des Abers.

Au cours des quatre dernières décennies, les couronnes périurbaines des villes françaises se sont à la fois étendues et densifiées. Dans la plupart des régions, l’extension spatiale des villes a été particulièrement importante au début des années 1970. Elle a précédé une période de plus forte densification des couronnes périurbaines, à la fin des années 1970 et au début des années 1980.

On constate aujourd’hui une interdépendance de ces réseaux de villes moyennes dites périurbaines avec les pôles de centralité.

Concrètement, le territoire s’organise autour des bassins d’emploi constitués autour des espaces métropolitains. Les distances domicile-travail sont de plus en plus importantes, c’est un phénomène que nous avons tous constaté ces dernières années, et qui s’explique par différentes raisons ; la pression foncière, le choix des ménages d’avoir un certain cadre de vie (mythe du pavillon avec jardin), etc…

L’augmentation des coûts de transports, conjugués aux problèmes de pollution de notre environnement liés aux dégagements de cO2 de nos véhicules incitent désormais les politiques publiques à réfléchir sur ces questions. On a ainsi vu naître les aires de covoiturages, créées à l’initiative des conseils généraux, notamment.

Aujourd’hui, l’un des enjeux de l’aménagement de notre territoire est de créer une offre innovante en termes de transports, à destination de nos populations périurbaines.

Si les politiques de transports à destination des populations urbaines ont toujours fait l’objet de traitements privilégiés : tram, métro, réseau de bus, téléphérique, vélib, autolib… La question périurbaine était jusqu’ici occultée. Il semble cependant qu’une prise de conscience soit née, et que les collectivités locales, désormais accompagnée par le législateur traitent enfin le sujet de façon innovante.

Comme toutes les villes périurbaines du Pays de Brest, Plabennec est fortement dépendante de la métropole brestoise, qui constitue le noyau du bassin d’emploi de la région. Chaque jour, 60 % des plabennecois actifs se rendent sur Brest, en voiture, naturellement.

En partenariat avec la communauté de communes qui porte la maîtrise d’ouvrage, la gare routière réalisée en concertation avec le transporteur, les cars Bihan, vient moderniser l’offre de transport collectif pour notre population.

Parallèlement, le Conseil général du Finistère a intensifié son trafic de navettes, et l’agglomération brestoise a inauguré son tramway. Le pôle d’échange multimodal est lui-même connecté à une vélo route….

Ce projet démontre que les politiques publiques peuvent être innovantes en zone périurbaine quand il s’agit de transports. Dans un contexte de raréfaction des énergies fossiles (coût du carburant, notamment), de pollution de l’air, ce projet est une réponse concrète et moderne pour nos concitoyens.

Il convient maintenant d’en faire une large promotion, pour que les transports collectifs deviennent une véritable alternative à l’automobile.

Categories: Français

Leave a Reply


Image CAPTCHA
*