Jean-Luc BLEUNVEN

Député divers gauche de la 3e circonscription du Finistère / Kannad Goueled Leon

Pacte d'avenirCe pacte écrit par les Bretons pour leur territoire va permettre d’une part d’enclencher des mesures d’urgence, et d’autre part de réfléchir collectivement aux mutations à entreprendre pour le développement de notre région. Il faut le considérer comme une formidable opportunité, un « accélérateur » qui permettra à la Bretagne de faire naître et aboutir de nombreux programmes.

Il fait également de notre région une terre d’expérimentations de nouvelles responsabilités dans les domaines de la culture ou de l’eau notamment mais aussi de la simplification administrative, notamment à travers des délégations de compétences.

C’est une première étape qui ouvre la voie à la prochaine loi de décentralisation qui sera présentée par le gouvernement au premier semestre 2014.

Pour exister dans un contexte de mondialisation exacerbée, la Bretagne et ses acteurs doivent désormais poursuivre leur mobilisation. Il faut défendre l’idée que la transition économique que nous traversons sera bien appréhendée si les acteurs bretons se prennent en main. Je rejoins Romain Pasquier lorsqu’il dit que cette transition, et notamment celle concernant l’agroalimentaire, puisque c’est l’actualité, « ne se fera pas à distance, dans les cabinets parisiens ». Il nous faut une région forte, en mesure de peser sur la transition économique et capable de lancer un dialogue entre tous les acteurs locaux. A cet égard, je trouve que la méthodologie proposée par le Premier ministre est intéressante dans le cadre de l’élaboration du Pacte d’avenir pour la Bretagne. La Région, et les services de l’Etat ont travaillé collectivement, dans un esprit de concertation. C’est un élément très positif.

Le B16, préfiguration du système des conférences territoriales, qui regroupe la région, les départements, les EPCI les plus importants ainsi que les plus grandes villes de Bretagne est une illustration de la faculté de notre Région à se mobiliser. Ce type d’instance doit pouvoir peser au niveau européen, mener une action de lobbying importante pour contribuer au développement de son territoire. Je pense à des dossiers tels que l’inscription du port au réseau central des RTE T, la prise en compte de la LGV dans ce même réseau, ou encore à la reconnaissance de notre identité culturelle.

A l’instar de Pierrick Massiot, je pense que la Bretagne a un message singulier à porter qui se fonde sur une vision partagée des vertus de la régionalisation.

Le texte 2 de ce nouvel acte de la décentralisation, qui portera sur la mobilisation des régions pour la croissance et l’emploi et la promotion de l’égalité des territoires sera l’occasion pour nous parlementaires, de se poser la question de la place des régions, je le répète, dans un contexte à la fois européen et mondialisé.

 

Categories: Français

Leave a Reply


Image CAPTCHA
*