Jean-Luc BLEUNVEN

Député divers gauche de la 3e circonscription du Finistère / Kannad Goueled Leon

Logo-nouveau-site-Reforme-des-retraites.jpg

Une réforme indispensable pour la sauvegarde de notre système par répartition

 

Dès l’entrée en fonction du Gouvernement, et des députés, en 2012, la majorité a engagé la réforme des retraites que nous devions aux français. L’objectif premier de cette réforme est la sauvegarde de notre régime par répartition, véritable socle de la solidarité intergénérationnelle dans notre pays. Celui-ci sera pérennisé s’il bénéficie d’un financement durable. Sans cette réforme, le déficit prévisionnel du régime serait de 21 milliards d’euros d’ici 2020. C’est pourquoi, des efforts, à hauteur de près de 7.5 milliards d’euros ont été demandés par le gouvernement. Ces efforts reposent équitablement sur les actifs, les retraités, et les entreprises.

Ces mesures sont difficiles, j’en conviens, mais indispensables au maintien de notre système par répartition. Ne pas agir serait faire preuve d’irresponsabilité de la part de notre majorité. Les précédents Gouvernements qui se sont succédé, pour des préoccupations purement électoralistes, n’ont pas su prendre leurs responsabilités sur ce sujet, qui méritait pourtant une bien meilleure anticipation.

Mais cette réforme n’est pas que financière, c’est également un projet de gauche,  qui vient corriger des inégalités structurelles persistantes dans notre pays.

Les premiers effets concrets de cette réforme sont visibles

  Dès le 2 juillet 2012, le Gouvernement a mis en place un droit à départ à la retraite dès 60 ans pour les assurés à carrière complète, ayant commencé à travailler jeune. Concrètement, près d’un retraité sur cinq est parti avant l’âge légal en 2013, soit 150 000 bénéficiaires. D’ici à 2017, ce sont 180 000 bénéficiaires par an qui bénéficieront de ce dispositif.

  L’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé, pour les assurés de plus de 60 ans sous le seuil de pauvreté, a été portée de 500 à 550 € annuels depuis le 1er janvier de cette année. 300 000 retraités sont concernés par cette mesure.

  Le plafond de retraites permettant d’ouvrir droit au minimum de pension a été porté au SMIC net, soit 1 120 € par mois. Cela signifie que les nouveaux retraités peuvent bénéficier, pour leur retraite de base, de ce mécanisme de minimum de pension. 300 000 retraités ont bénéficié de ce dispositif, dont les 2/3 étaient des femmes.

  Les conditions d’acquisition des trimestres d’assurance vieillesse pour les salariés à temps partiel ou en CDD seront désormais assouplies. Un salarié à tiers temps pourra ainsi valider ses quatre trimestres par an. De la même façon, un jeune qui fait un CDD d’un mois, rémunéré au SMIC dans le cadre d’un job d’été pourra valider un trimestre.

  Les droits à la retraite liés à la maternité sont également améliorés ; aujourd’hui, une femme valide un trimestre de retraite pendant son congé maternité, quand bien même celui-ci dure plus de trois mois. Demain, mes trimestres seront liés à la durée des indemnités journalières maternité.

  Enfin, la loi a amélioré les droits à la retraite des 100 000 conjoints collaborateurs d’agriculteurs, de commerçants, d’artisans ou de professions libérales. Ces conjoints collaborateurs sont, dans 90 % des cas, des femmes. Elles pourront désormais, dans un cas de divorce, de décès, ou de départ à la retraite du chef d’entreprise, choisir d’adhérer à l’assurance vieillesse pour compléter leurs droits à la retraite.

Ces premiers résultats sont encourageants ; ils doivent permettre de pérenniser dans le temps notre système d’assurance vieillesse dont l’objectif est d’atteindre l’équilibre en 2016.

      

Categories: Français

Leave a Reply


Image CAPTCHA
*