Jean-Luc BLEUNVEN

Député divers gauche de la 3e circonscription du Finistère / Kannad Goueled Leon

candidate-2014

En mars 2014, TOUTES les communes finistériennes de plus de mille habitants éliront à leur conseil municipal autant de femmes que d’hommes… Vous habitez l’une de ces communes. Vous avez peut-être été contactée pour être candidate …ou vous vous attendez à l’être  … ou vous vous posez la question de votre candidature …

Comme beaucoup de femmes dans cette situation depuis l’instauration de la parité en 2001, vous  hésitez sans doute  en vous disant« Mais je n’ai pas le temps ! Mais je ne suis pas capable !  Mais il y en a qui sauront mieux faire ! ».La ritournelle est connue. Les femmes doutent régulièrement de leurs compétences, de leur légitimité à délaisser  l’espace privé pour  occuper certains espaces publics. Dans le champ professionnel, elles ont pris leur place  depuis suffisamment de décennies pour s’être un  peu rassurées, même si le plafond de verre continue à largement les bloquer dans leur carrière. Mais dans l’espace politique, il y a seulement vingt ans que des pionnières  ont  commencé à affirmer pleinement  la légitimité d’une présence féminine, que  les traditions masculines de ce milieu  empêchaient d’émerger !

Cependant, vous avez grand tort d’hésiter ;

  • parce que cet engagement, vous en êtes  capable,
  • parce que vous  y serez très utile,
  • parce qu’exercer  votre mandat sera une  richesse.

Qui  suis-je pour me permettre de lancer pareilles affirmations ?

Pas une élue, mais une femme qui, depuis 2000, avec l’association finistérienne Rien sans elles et le réseau national Elles aussi, a pu voir et entendre à peu près  deux cents femmes élues et candidates au travers d’ enquêtes, d’entretiens, de colloques, de rencontres régulières. Des élues municipales surtout, parfois déçues, très souvent enthousiastes, et regrettant bien rarement de s’être lancées dans l’aventure…

Parce que vous en êtes capable

On n’est pas une future bonne élue avant d’être candidate ! On devient une élue efficace en cours de mandat, parce qu’on a la volonté de l’être.

Mais vous considérez-vous comme :

  • une femme qui aimerait être utile à sa commune ?
  • une femme qui recherche la relation aux autres ?
  • une femme qu apprécie le travail en équipe ?
  • une femme qui a des projets, des idées, des valeurs ?
  • une femme qui a une expérience de l’existence  et une connaissance de son milieu  de vie ?

Si vous vous retrouvez quelque part dans ce portrait, , c’est que vous avez le profil..

Et n’attendez surtout pas le dernier moment pour proposer votre candidature ou accepter celle qu’on vous offre.. C’est en tergiversant, en attendant qu’on les supplie, que certaines femmes  se retrouvent élues sans être réellement prêtes . Il vous faut avoir  le temps de vous informer sur les questions prioritaires pour votre commune, de commencer à cerner un peu ce que sont conseil municipal et communautaire, de découvrir vos futurs  co-équipiers, de partager leurs projets et apporter  les vôtres, de ré-organiser votre vie en fonction de l’étendue de vos possibles  responsabilités…(1)

Et sachez , comme  nos différentes enquêtes l’ont prouvé, que  ce sont les conseillères municipales qui n’exercent aucune responsabilité personnelle qui risquent le plus le découragement. Les femmes veulent avant tout AGIR, pas revêtir un costume honorifique. Demandez donc d’emblée une délégation précise, aussi  limitée soit-elle, dans un domaine que vous maîtrisez un peu .. ou que vous avez le désir d’explorer ! Ce sera la clé de votre réussite.. et de votre bonheur d’élue. Alors que six années de soi-disant apprentissage,  à regarder le train passer, cela peut paraître très, très long …

Parce que vous  y serez très utile

Les femmes ont toute leur place dans la gouvernance communale, tout simplement parce qu’elles sont les égales des hommes… et la moitié de l’humanité. Mais elles l’ont aussi parce que leur expérience de vie a forgé chez elles des points de vue, des atouts  parfois différents de ceux des hommes

Je ne veux pas évoquer ici particulièrement leur aisance face aux affaires scolaires et  sociales, qui certes les intéressent souvent, mais auxquelles les hommes ont tendance à les cantonner, avec parfois l’assentiment des  intéressées qui craignent, à tort,  de ne pas savoir faire autre chose. Je pense plus volontiers aux capacités que beaucoup d’entre  elles apportent au fonctionnement municipal, aux dires même de maires  (hommes) de leurs communes :  savoir écouter, avoir le sens des réalités du terrain, limiter les discours et les pertes de temps, prendre les dossiers à bras le corps, ne pas céder devant les pressions, savoir  douter et se remettre en cause, reconnaître ses limites et chercher à apprendre etc…. Et ces qualités, vous pouvez les appliquer dans n’importe quel domaine, à condition que celui-ci vous intéresse. Etre élu-e, ce n’est pas appliquer des connaissances techniques pointues, mais plutôt en comprendre assez pour juger de la pertinence d’une décision !

Il y a quelque chose d’autre qui peut ajouter une dimension supplémentaire à votre engagement de femme : vous mettre à l’écoute des besoins des femmes de votre commune, proposer dans la politique communale des mesures et des projets faisant avancer l’égalité entre les sexes, être toujours attentive à l’impact différent sur les citoyens que peuvent avoir les décisions prises selon qu’ils sont des femmes ou des hommes (2).

Malheureusement, il aura fallu en France en passer par la législation  pour déverrouiller, très progressivement, la porte du politique devant les femmes. Quatorze ans plus tard, vous êtes encore dans les pionnières sur lesquelles nous comptons toutes pour démontrer que nous y avons toute notre place..

Parce qu’exercer votre mandat sera une richesse…

Parmi les femmes qui ont tenté l’aventure municipale depuis 2001, il y en a qui renoncent avant d’avoir pu exercer de véritable  responsabilité,  simples conseillères de la majorité ou de l’opposition, parce qu’elles ne trouvent pas  leur place dans un univers de joutes oratoires où elles estiment ne rien peser. Et il y a  les autres qui, par-delà les embûches, par-delà la difficile conciliation des temps (3), se félicitent d’avoir tant appris, de l’impact considérable de leur expérience d’élue  sur leur développement personnel.  Mais  qui parlent beaucoup aussi, tout simplement, des grands et petits bonheurs que leur donne l’exercice de leur mandat :

  • le bonheur de faire avancer la commune, de mieux connaître son territoire,
  • le bonheur de travailler en équipe, en solidarité avec la population,
  • le bonheur de côtoyer des femmes et des hommes nouveaux et diversifiés, collègues et habitant-e-s,
  • le bonheur de faire, de créer, de mener un projet à son terme,
  • le bonheur d’être un peu, beaucoup reconnue comme une femme socialement utile, tant par ses concitoyens que par ses proches,
  • le bonheur enfin d’apprendre, de se sentir progresser…

Parce que, la plupart des élues le disent, bien exercer une fonction élective vous fait GRANDIR ! En collaboration avec l’UBO, Elles aussi et Rien sans elles ont enquêté auprès d’élu-e-s  sur les acquis de leur mandat. La liste des domaines abordés, des compétences construites, est tout simplement impressionnante (4) ! Des acquis qui transforment bien des   élues en conductrices de projets, en femmes de médiation, de gestion  et de décision. Des acquis souvent transférables à la sphère professionnelle, des acquis enfin qui, en leur apportant une plus grande estime de soi , leur  font  un tel bien …

A quelques mois des élections de 2014, voilà le message, très personnel, que je souhaitais envoyer à toutes celles, bien plus jeunes que moi, sur qui repose mon  grand espoir : que les femmes parviennent à donner la pleine mesure de leurs volontés  et de  leurs talents dans la gouvernance humaine, où l’on a tellement besoin d’elles. ..

En commençant, comme vous avez l’occasion de le faire, par la gouvernance la plus proche, celle de votre lieu de vie…

Bonne chance à toutes et peut-être à bientôt (5)

 Annette Vazel

présidente de Rien sans elles de 2000  à 2004

 présidente  d‘Elles aussi de 2007 à 2010

 (1)     Pour se préparer au mandat, se référer au Guide de la candidate et à Mon agenda des cent jours sur le site www.ellesaussi.org

(2)     Pour découvrir les pistes d’engagement des collectivités territoriales en  faveur des femmes, voir la Charte européenne pour l’égalité entre les femmes et les hommes dans la vie locale www.afccre.org

(3)     Pour en savoir plus sur les embûches du mandat demander l’enquête de 2007 réalisée par Rien sans elles en 2007 à ellesaussibretagne@gmail.com

(4)     cf. livret « Vos acquis de l’élu-e local-e sur le site d’Elles aussi

(5)     Avec des femmes élues et ex-élues finistériennes, nous sommes disponibles pour rencontrer des femmes intéressées par le mandat local, des équipes en formation. Contacter ellesaussibretagne@gmail.com

Categories: Français

Leave a Reply


Image CAPTCHA
*