Jean-Luc BLEUNVEN

Député divers gauche de la 3e circonscription du Finistère / Kannad Goueled Leon

 Produisons autrementProduisons autrement en Bretagne !

La conférence nationale « Agricultures : produisons autrement » a été organisée à l’initiative du ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll hier mardi 18 décembre. Je propose de profiter de la qualité de ces débats ainsi que des programmes d’actions nationaux présentés hier pour mener collectivement aujourd’hui en Bretagne la réflexion autour des orientations de notre agriculture. Nous devons nous donner les moyens de mettre en place de nouveaux modèles agricoles, performants économiquement et écologiquement, et pertinents humainement.

La Bretagne était en avance sur les autres régions françaises et européennes pendant des décennies, mais le modèle dominant n’arrive pas à faire sa mue et reste dans des schémas du passé. Dans les années 60, la révolution verte a engendré le productivisme parce qu’il était nécessaire de produire en quantité. Ce système est devenu par la suite une mécanique infernale et nous en payons toujours le prix fort; le conflit autour des algues vertes en est l’exemple. Nous n’arrivons pas à prendre le virage de la nouvelle agriculture, qui doit être basée sur le triptyque de la qualité des produits, de l’environnement et du travail. La quantité n’est plus synonyme de valeur ajoutée. Certains travaillent dans le bon sens, mais un trop grand nombre d’acteurs de la filière agricole bretonne restent dans des modèles qui n’ont pas d’avenir. Le contexte a changé.

Etre agriculteur aujourd’hui, c’est rechercher un revenu décent, qui n’est pas forcément le même pour chacun, mais aussi retrouver le plaisir de travailler, d’avoir un travail qui fait sens pour soi et pour notre environnement social. L’augmentation du nombre des installations en agriculture biologique est un indicateur de ce besoin de sens et d’être en phase avec les demandes sociétales. Le corps social agricole n’est pas à part, il est intégré dans le reste de la société, d’où émergent des valeurs et des représentations nouvelles, parfois incomprises par certains agriculteurs (bien-être animal, végétarisme…)

L’agriculture bretonne peut encore se démarquer parce qu’elle a un potentiel humain de grande qualité; aujourd’hui il est malheureusement découragé. Nous avons encore un avenir en France et en Europe. Les débouchés de l’alimentation peuvent s’appuyer sur la prestigieuse gastronomie française. Nous manquons de souffle aujourd’hui, mais nous avons la capacité d’installer ce nouveau modèle. Nous ne devons pas avoir peur d’oser le changement, aussi, dans l’agriculture.

Jean-Luc Bleunven
Agriculteur et député de la 3e circonscription du Finistère

divider

Retour sur la conférence nationale « Agricultures : produisons autrement » du 18 décembre :

Au cours de cette journée d’échanges, tous les acteurs présents ont fait la démonstration qu’il est possible de changer ses habitudes pour remettre « l’agro-écologie » au cœur du système.

À l’issue de la journée, Stéphane Le Foll a présenté son projet agro-écologique : une boîte à outils sera élaborée qui permettra aux agriculteurs, accompagnés par l’ensemble des acteurs du développement agricole, de construire des systèmes agro-écologiques adaptés à leurs exploitations et à leurs territoires.

Ce projet agro-écologique pour la France engagera tous les acteurs avec une approche globale, définie en trois axes et six programmes d’action. Les objectifs de ces axes et les moyens d’actions sont présentés brièvement et consultable par tous sur le site internet du ministère de l’agriculture.

Pour soutenir la mise en œuvre de ces pratiques, des programmes d’actions seront mis en place ou renforcés :

  • un plan écophyto rénové ;
  • un plan écoantibio ;
  • un plan azote/méthanisation ;
  • un plan biodiversité-apiculture durable ;
  • un plan protéines végétales et un programme national ambition bio 2017.
Categories: Français

Leave a Reply


Image CAPTCHA
*