Jean-Luc BLEUNVEN

Député divers gauche de la 3e circonscription du Finistère / Kannad Goueled Leon

Chaîne de  Jean-Luc Bleunven sur Vimeo.

Le 30 septembre s’est déroulée à Ploudalmézeau, salle du Parvis au Centre culturel l’Arcadie, la 2e réunion publique consacrée à l’agriculture intitulée « Quelles filières agricoles demain en Bretagne ? ».

Réunion publique 09 2013 2240 agriculteurs et autres habitants de la circonscription étaient présents, confirmant ainsi l’intérêt mais aussi et surtout l’inquiétude de l’ensemble de la population sur la crise économique majeure que traverse aujourd’hui le monde agricole.

En préambule, j’ai rappelé l’objectif de telles réunions qui, à partir d’une réflexion collective, permettent de mieux comprendre les raisons qui ont mené à la situation actuelle et de mettre en avant les filières qui marchent.

réunion pulique 09 2013 1Lors de la première réunion le 3 juin dernier, j’avais donné la parole à cinq éleveurs de la région, qui ont témoigné de leurs choix, questionnements, atouts et difficultés dans la gestion de leurs exploitations. J’ai choisi pour cette deuxième réunion d’inviter des responsables économiques et politiques qui ont donné leur avis sur les difficultés des filières agricoles et leurs causes, et évoqué en quoi une meilleure organisation pouvait être bénéfique pour les filières.

Jean-Louis Le Corvoisier, l’animateur de ce débat, a donné la parole successivement à Michel Loussouarn, avocat et conseiller général de Rosporden, Guy Le Bars, président du groupe Even, Patrice Drillet, président du groupe Cooperl, Jean-Claude Balbot, représentant du CIVAM (centre d’initiatives pour valoriser l’agriculture et le milieu rual) et André Tassin, représentant de l’APLI (Association des producteurs de lait indépendants).

 Les thèmes suivants, entre autres, ont été abordés :

– L’évolution constante du modèle économique par rapport aux marchés, aux goûts des consommateurs, et la nécessité de rester innovant et compétitif, tout en valorisant au mieux le travail et le revenu des agriculteurs.

– L’avantage de la proximité de la production avec les sites de transformation, et éventuellement de vente.

– Les atouts des filières structurées sur le modèle coopératif, qui prône et applique les principes de transparence ; la répartition des bénéfices aux sociétaires, c’est à dire aux producteurs ; un pouvoir décisionnel réel des adhérents sur le principe d' »un homme une voix » ; et des rapports de confiance entre les différents acteurs de la filière. Les présidents de coopératives présents ont incité les agriculteurs à participer aux assemblées générales de leur groupement et à s’engager dans un travail collectif.

– Nous devons assurer notre indépendance alimentaire, mais tout en faisant attention à la spécialisation des territoires et à la souveraineté alimentaires en Europe et dans les pays en voie de développement.

– Nous devons maintenir le droit d’entreprendre et le droit à l’expérimentation en Bretagne.

– La réglementation européenne doit évoluer vers plus d’équité entre les pays notamment en termes de salaires, de façon à éviter le dumping social et la distorsion de concurrence.

En conclusion à ces débats, j’ai remercié les intervenants et l’assistance pour la qualité des interventions et réitéré mon souhait qu’une réflexion collective, sur les orientations de notre agriculture, soit menée dès aujourd’hui en Bretagne par la profession. Ces échanges de qualité me permettront de travailler à des propositions pour la loi d’avenir sur l’agriculture, qui sera débattue cette année au parlement.

Avenir des filières agricoles

Categories: Français

Leave a Reply


Image CAPTCHA
*